· 

Connais-toi toi-même (1)

 

J'ai ce livre dans ma bibliothèque depuis quelques années, sans l'avoir jamais lu. 

 

Le questionnement et l'insatisfaction de ces dernières semaines m'ont poussé à l'ouvrir et à découvrir ce magnifique texte du Maître E.K. (Ekkirala Krishnamacharia). 

 

Vous retrouverez le texte en version pdf sur le site du WTT : Know Thyself 

 

Il s'agit en fait d'une retranscription de conférences-enseignements donnés entre 1981 et 1983.

 

Je n'ai bien sûr pas connu ce Maître car je ne m'intéressais pas encore à la spiritualité à cette époque mais j'ai suivi pendant 3 ans les enseignements de son successeur, Maître Parvati Kumar.

 

J'ai beaucoup appris et surtout progressé intérieurement. Même si je ne suis pas à l'aise avec l'idée d'avoir un Maître, je reconnais qu'avoir suivi son enseignement et avoir baigné dans son "aura énergétique" m'a énormément apporté en termes de paix et en sagesse intérieures.

 

A moi bien entendu de poursuivre ce chemin et d'être à l'écoute de mon Maître intérieur.

Celui-ci m'a donc très gentiment fait ouvrir ce livre, écrit en anglais.

Gratitude.

 

 Maître E.K. y aborde 7 sujets.

Premier chapitre: Connais toi toi-même

 

Dans toutes les écritures de toutes les religions, on retrouve ce principe du "connais-toi toi-même". Mais de quoi s'agit-il ? 

 

"Elle est parmi les phrases les plus anciennes que l'homme a découvertes. Généralement, au commencement, on ne comprend pas sa signification, qui nous apparaît comme simple et puérile. Tout le monde se connaît par son prénom ainsi que celui de ses parents, par son adresse et son numéro de téléphone. Au-delà de cela, on peut fortement douter que quelqu'un se connaisse."

 

Dans ce chapitre, un père et son fils discutent sur ce que c'est qu'être un homme et sur l'évolution de la conscience depuis le minéral, la plante, puis l'animal, jusqu'à l'être humain, qui contient toutes les consciences. (vous trouverez ici l'extrait à ce sujet - traduit en français).

 

De ce livre, j'ai retenu notamment que les secrets de la "libération" de l'homme se trouve dans le principe d'INCLUSION : inclure chaque chose, chaque personne, chaque être vivant dans son coeur et devenir capable de reconnaître la vérité et l'utilité de chaque chose sur cette terre. Ce n'est pas notre intelligence ou notre génie qui nous libère mais bien la capacité à sortir des conditionnements liés à notre intelligence qui nous libèrera. Dès que quelque chose est faux à nos yeux ou ne devrait pas exister, nous nous trompons et nous éloignons de la conscience de Dieu et de ce que nous sommes réellement, Dieu lui-même. 

 

Ensuite, mon attention a été éveillée par ce passage où le fils dit à son père "Père, pourquoi le monde existe ? quel est le but de la création ?". Voilà une question que je me suis déjà posée des milliers de fois. Et le père répond "pourquoi cette question est-elle venue en toi ? pour la même raison, la création vient de Dieu." Et le fils de dire: "c'est parce que je veux savoir,  que cette question est venue à ma conscience. Je veux savoir." Et le père ajoute : "parce que Dieu  a voulu créer, il a créé."

 

Mais cela ne convainc pas l'enfant: "alors pourquoi Dieu a t-il créé des gens heureux et des gens malheureux" ? et la réponse vient "Dieu n'a créé que les gens et les a laissés libres sur terre. Chacun crée son propre bonheur et son propre malheur (..) , les gens créent eux-même leurs problèmes et c'est avoir une piètre idée de Dieu que de lui demander de nettoyer nos péchés". 

 

Naître en tant qu'être humain est une opportunité (et pas un privilège qui nous mettrait au-dessus des autres vivants) pour apprendre à utiliser avec conscience ce qui a été créé par Dieu : le corps, les sens, le mental. C'est aussi vrai pour tous les êtres vivants.

 

Toujours ce principe de l'inclusion, ne jamais rien rejeter. Il n'y a aucun problème à vivre des émotions, à avoir des défauts, faire des erreurs. Ce n'est pas grave. Chercher à être maitre de soi-même, de ses sens, vouloir être intelligent, connaître tout des écritures, sans être dans la compassion, mais pour contrôler, peut mener à la froideur et à la cruauté et est une profonde erreur sur le chemin de la conscience.  

 

Le fils continue encore sa réflexion sur le pourquoi de la création et prend conscience que Dieu crée aussi parce qu'il en éprouve de la Joie. L'enfant réalise qu'il pose ses questions parce que cela l'amuse, qu'il en éprouve de la Joie, du plaisir.   

Le père le pousse encore plus loin : avant de pouvoir poser une question à propos de quelque chose, il faut que ce quelque chose existe déjà dans notre esprit. Le potier ne peut façonner un pot qu'il n' pas d'abord imaginé. Je ne peux chercher quelque chose que je ne connais pas du tout. Essayez de poser une question à propos de quelque chose que vous ignorez totalement. Ce n'est tout simplement pas possible.  Et donc, si je n'ai pas déjà la réponse en moi, aucune question ne me viendra à l'esprit. 

 

Et arrive un moment où plus aucune question n'émerge

 

Je bois ce verre d'eau et j'y met un morceau de sucre. Pourquoi ? parce c'est sucré. Pourquoi ? ça me fait du bien, ça me rend heureux. Pourquoi te sens tu heureux ? parce que ça me rend heureux.  La réponse est dans la question. Il n'y a aucune question qu'on puisse encore poser. 

Et c'est là aussi que se situe la création. Le monde existe juste pour la joie et le plaisir de Dieu. Pourquoi ? la réponse est dans la question.

 

Nous sommes fait pour vivre heureux mais on a oublié alors on se crée une vie misérable, à la recherche du bonheur. Il "suffit" d'être dans la Joie et le plaisir de l'existence-même. Il n'y a aucune condition à remplir. Mais nous nous identifions à notre corps de chair, à nos pensées, à nos possessions, c'est "mon" enfant, "mon" conjoint, etc.. et ainsi, nous oublions ce que nous sommes vraiment. On se croit important, impliqué, intelligent mais on est ridicule en réalité de nous accrocher à nos certitudes, nos croyances. Tout cela disparaît le jour de notre mort sauf le "Je suis".

 

Quand Dieu dit à Moïse de dire aux hommes "Je suis ce que Je suis", Moïse a rapporté les mêmes termes "Je suis ce que Je suis" et pas "Il est ce qu'Il est". Ce qui signifie bien que Dieu est en chacun de nous. Quand on prononce les mots "Je suis", on se permet d'être touché par le véritable "Je suis" qui est en chacun de nous et pas à l'extérieur comme l'Eglise nous le fait croire depuis des siècles. Chez les Hindous on utilisera le vocable "So Hum". Dieu est en nous et ne disparait jamais, il est éternel. Dieu est en toute chose qui existe.

 

Naître en tant qu'être humain est une opportunité pour connaître ce que nous sommes: nous revenons autant de fois que nécessaire pour utiliser au mieux notre "machine humaine" et éveiller notre conscience jusqu'à ce que l'on sache ce que l'on est. Nous comprenons ce qu'est la Compassion et l'Amour, et c'est alors que le but est atteint, qu'on comprend le but ultime et qu'on ne revient plus. 

 

A nous de profiter de cette opportunité, d'apprendre comme on irait à l'Université, en passant par les 7 plans d'existence

(1) le plan de la matière, Anna

(2) le plan de la force, Prana

(3) le plan du mental, Manas

(4) le plan de la volonté, Buddhi

(5) le plan de l'homme, Nirvana

(6) le plan planétaire 'Je Suis", Para Nirvana

(7) le plan du "je Suis" au niveau du système solaire, Maha Para Nirvana

 

C'est à partir du 4ème plan, qu'on commence à comprendre er expérimenter des vertus telles que la sympathie, la coopération, l'entraide, etc.. dans un premier temps dans une idée d'échange : je t'aide parce que j'aimerais que tu m'aides en retour. Puis on apprend à aider sans attente de retour, juste parce que c'est doux et bon de le faire. 

 

Au niveau du 6ème plan, on acquière la "conscience de groupe", on n'est pas physiquement ensemble mais on se ressent à distance, on sait quand les personnes avec lesquelles nous sommes en connexion sont heureuses ou non. Les idées aussi se transmettent à distance. Pendant que l'on fait son travail, on peut être inspiré, recevoir des messages, sans devoir partir méditer dans des lieux spécifiques. 

 

Et pour finir, au delà de notre propre évolution et éveil de conscience, la seule chose à faire est d'écouter notre voix intérieure - "Je suis" - et se rendre disponible afin de se mettre au service des autres et permettre à ceux qui nous entourent de pouvoir s'éveiller et savoir ce qu'ils sont vraiment - sans discours ni prosélytisme, juste par ce qui se dégage de nous, parce que nous ne sommes plus identifiés et ce qui vit en nous est "Je suis".

 

Le chemin est clair. Lecture très enrichissante. Il conseille chaque soir avant de s'endormir de s'en remettre aux Maîtres pour nettoyer notre mental et l'ouvrir à des enseignements qui ouvriront les portes de notre conscience. Je suis déjà très prolifique en rêves qui sont clairement des nettoyages et des messages par rapport à ce que j'ai vécu dans la journée, donc j'y crois et je compte y mettre plus de conscience encore.

 

Je crée ma vie à chaque instant, avec Joie et Plaisir, juste parce que j'aime ça.

 

Blanche Colombe


Partagez cet article !

Cet article vous a été utile ? N'hésitez pas à le partager


<< Il en faut peu pour être heureux                                                                                                     


Écrire commentaire

Commentaires: 0